Flicker : du visuel au perceptuel

À partir de la Dreamachine de Brion Gysin, la Station 4 s’attache aux expériences artistiques menées autour d’effets de lumière stroboscopique et à leur impact sur la perception neuronale.

Œuvre à l'étude

13_1bisbrion-gysinbd.jpg

  

Brion Gysin, Dreamachine, 1961/1979.
Métal perforé, moteur électronique, lampe - 118 x 30 cm
Collection du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, France, legs de Brion Gysin en 1988
Vues de l’exposition Brion Gysin: Dream Machine, 16 octobre – 28 novembre 2010, Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes. © Blaise Adilon

Conférences

Arnauld Pierre : “Massages neuroniens : battements et flickers dans l’art optique et cinétique”

En parallèle avec le développement des premières techniques d’investigation des rythmes cérébraux et tandis que la cybernétique propose une interprétation néo-mécaniste du fonctionnement du système nerveux central, des artistes, à l’instar de Nicolas Schöffer, forcent les portes de la perception à l’aide de dispositifs visuels qui ambitionnent d’aller façonner directement la matière cérébrale et d’établir une communication plus directe, faite de signaux immatériels, avec le spectateur.

Diaporama de la conférence d’Arnauld Pierre

 

Pascal Rousseau : “Dreamachine : le vacillement des identités”

Il est question, à partir de l'œuvre de Brion Gysin et en particulier de son intérêt pour la technique du flicker, des liens entre les seuils de perception, les techniques hallucinatoires et les questions de genre.

Diaporama de la conférence de Pascal Rousseau

Participants

Élisa Brune
écrivain (romancière, essayiste) et journaliste scientifique
Denis Cerclet
anthropologue, maître de conférences, Université Lumière - Lyon 2
Arnauld Pierre
historien de l’art, professeur à l’Université Paris IV - Sorbonne
Pascal Rousseau
historien de l’art, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne

Œuvre à l'étude

Brion Gysin, Dreamachine, 1961-1979.
Métal perforé, moteur, lampe.
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, legs de l’artiste en 1988.

Container

Il sert de bureau d’études pendant toute la durée du laboratoire, en en restituant au fur et à mesure au public les différentes étapes, sous forme de documentation et d’archives.

Pour la station 4, le container présente une documentation sur le phénomène du flicker.

Journée d'étude

Jeudi 25 novembre 2010, à l'Auditorium de l'IAC

Conférences

Jeudi 25 novembre 2010, auditorium de l'IAC

Arnauld Pierre : “Massages neuroniens : battements et flickers dans l’art optique et cinétique”

Pascal Rousseau : “Dreamachine : le vacillement des identités”